Les assassins du nouveau monde (1)

| 1 Commentaire

Assassin’s Creed III est sorti il y a quelques jours sur PS3 et Xbox 360 (et sortira d’ici peu sur PC et WiiU), mais c’est déjà un succès international. Vu mon planning, je ne suis pas prêt d’y jouer… mais ceci est une autre histoire. L’important, c’est qu’on va vous proposer dès la fin du mois le prochain roman dérivé de la licence, Assassin’s Creed : Forsaken.

 

  • Forsaken : vb (pt of forsake) : « abandonné ».

 

Les grands esprits d’Ubisoft ont voulu que la lutte se poursuive aux Amériques. Assassin’s Creed III est un épisode révolutionnaire, et pour cause : après les croisades et la Renaissance, c’est la guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1783) qui sert de cadre à ce nouvel affrontement entre la Confrérie des Assassins, qui a pris fait et cause pour les insurgés, et l’ordre des Templiers, dans le camp anglais.

Et qui dit nouvelle période historique dit nouveau personnage principal. C’est désormais Connor, dont nous suivrons les aventures. Moitié mohawk, moitié anglais, ce guerrier est guidé par la justice (à l’inverse d’Ezio qui cherchait vengeance). Il rejoint les Assassins et, fort logiquement, les tuniques bleues, non seulement pour s’opposer à l’oppresseur britannique, mais aussi pour défendre les droits de son peuple.

Parce qu’il est de la lignée d’Altaïr et d’Ezio par son père, Connor est un Assassin accompli, mais son héritage amérindien le rend plus dangereux encore que ses ancêtres. À une époque où les batailles sont régies par des codes militaires stricts, il agit efficacement, comme une ombre solitaire. Cela fait de lui le premier combattant de guérilla de l’histoire. Un atout à avoir dans sa manche, comme ont tôt fait de le comprendre les chefs indépendantistes. C’est ainsi que notre nouveau héros devient l’un des bras armés de George Washington, futur premier président des États-Unis. Sa mission : faire en sorte d’infiltrer les lignes ennemies pour abattre les principaux officiers.

Et c’est à ce moment précis que la magie d’Ubisoft opère une nouvelle fois. Après s’être réapproprié le temps des Croisades et celui de la Renaissance italienne, le studio a eu recours à une période moins lointaine de l’histoire comme trame de fond de ce nouveau chef d’œuvre. Par l’intermédiaire de Connor, vous visiterez New York et Boston, vous participerez aux batailles de Saratoga et vous rencontrerez Benjamin Franklin, Thomas Jefferson ou encore Lafayette, chacun d’eux ayant un rôle à jouer dans les deux conflits, la guerre d’indépendance et celle, secrète, qui oppose Assassins et Templiers.
Telle est la toile de fond du jeu vidéo… et celle du roman qui lui est associé. Enfin, en partie.

Car une nouvelle fois, Oliver Bowden ne livre pas une simple novélisation. Chacun des romans adaptés de la série comporte son petit lot de nouveautés et Forsaken ne fera pas exception. Il ira même plus loin que les volumes précédents car cette fois, c’est une histoire parallèle que vous pourrez découvrir. On peut même la considérer comme une préquelle.

On vous reparle du contenu dans quelques petits jours, le temps de laisser à certains joueurs finir le jeu vidéo. On pourra alors en révéler un peu plus, sans spoiler pour autant !

 

Un Commentaire

  1. Pingback : Les assassins du nouveau monde (2) | Le Blog de Milady

Laisser un commentaire

Champs Requis *.